Besoin d'Amour

Les enfants de la rue au Tchad

Je n'oublierais jamais la première fois où je suis allée à la rencontre des enfants de la rue. C'était dans le quartier de Kabalaye. La nuit tombait, une vingtaine d'enfants étaient entassés derrière un camion au milieu des saletés. Tous avaient dans la main couteaux, lames de rasoirs et leur bouteille remplie de colle qu'ils inhalent à longueur de journée. Ils paraissaient effrayés et drogués. A dire vraie je ne me sentais pas beaucoup plus rassurée. Ce jour-là, je me suis demandée comment j'allais tenir, si j'avais vraiment les épaules et le courage pour ce travail.

Besoin de nourritures terrestres et spirituelles
Mais très vite les visites se sont enchainées et je me sentais en sécurité avec ces enfants. Les voir est devenu mon bonheur de tous les jours. J'ai appris à les connaître, à connaître leurs besoins et leurs attentes. Et quoi qu'on vous dira, si il y a une chose dont ces enfants ont besoin c'est d'amour. La nourriture, un endroit où dormir, tous pourraient l'avoir ! Rentrer à la maison, aller dans un foyer ou une famille d'accueil,...

« Mais à quoi bon ? Où trouver ce courage d'affronter la réalité ? De se confronter à son passé ? Où trouver un lieu où je serai accepté et aimé tel que je suis? » Car oui, pour ces enfants, la rue, devient une famille. Un lieu aux liens soudés où on y partage tout. Un lieu d'attache, un lieu d'accroche. Une prison aux allures de la plus grande des libertés.

J'ai découvert que les plus pauvres de ce monde ont un besoin et un savoir différent de Dieu et que nous avons beaucoup à apprendre d'eux. Ils « nous enseignent beaucoup sur le cœur de Dieu parce qu'ils sont obligés de dépendre de lui. Les pauvres ont toujours faim. Dieu nous appelle à avoir faim de lui. Les pauvres ont soif. Le Seigneur nous appelle à avoir soif de lui. Les pauvres ne diront jamais non à un festin. Ils viendront et mangeront. Le Seigneur prépare des festins spirituels pour son Eglise, mais beaucoup ont tout simplement le ventre bien rempli. Ils ont des traiteurs ou des restaurants à tous les coins de rue. Ils n'ont tout simplement pas faim »*. Il en est de même pour les enfants de la rue qui même d'origine musulmane peuvent s'ouvrir à Jésus d'une manière bouleversante. C'est ce chemin vers Dieu qui fait toute la différence dans leur parcours de vie.

Oser Aimer et servir
Depuis mon retour, on me parle souvent du sacrifice que j'ai fait en partant en mission un an. On me dit à quel point j'ai dû passer par des moments difficiles, qu'à présent je dois tourner la page, passer à autre chose. Il m'arrive même de laisser parler les gens, de culpabiliser d'avoir éprouvé autant de joie à être parmi  ces enfants, à passer mes journées sous la chaleur, au milieu de cette saleté, de cette violence et de ces enfants si peu éduqués. Comme si servir Dieu ne devait qu'être qu'affaire de sacrifice et de souffrance.

Mais la vérité est que cette année était la plus merveilleuse que j'ai vécue. La plus enrichissante et la plus intéressante. J'y ai tellement appris. Appris à aimer, à espérer en Dieu, appris qu'il nous donne les capacités nécessaires pour le servir. Parmi les choses que j'ai apprises au Tchad, il en est une que j'aimerais vous partager et vous encourager à découvrir. C'est OSER. Osez servir Dieu. Osez dépendre de lui. Laissez-vous surprendre par son amour sans faille et son plan parfait pour chacun de nous. Mon cœur brule quand je pense à la manière dont il m'a bénie toute cette année. Oui osez prendre des risques pour Dieu. Osez donner votre dîme sans la peur du lendemain, osez prendre de votre temps pour lui, lire votre Bible et vous en imprégnez dans votre vie de tous les jours.

Osez-vous demander ce qui fait aujourd'hui la différence entre vous, chrétien, et les autres gens du monde. Mettons-nous au défi de redécouvrir Dieu d'une nouvelle manière, d'expérimenter sa dépendance et laissons-nous surprendre.  Laissons battre le cœur de Dieu en nous. C'est la plus belle des expériences.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
*Extrait du livre de Heidi Baker : Il y aura toujours assez. Editions Première Partie [livre hautement recommandé]

 

Equipe EDR (paru en Obéir ensemble n° 85, décembre 2014)

 

Ce témoignage vous parle ?

Pour soutenir la mission ou vous engager...

D'autres projets similaires

Mission à court terme avec effet à longue durée

Mission à court terme avec effet à longue durée

AMi-p

L'expérience sur place ne reste pas sans effet

En savoir plus
20 années se sont écoulées entre le moment de l'appel et celui du départ

20 années se sont écoulées entre le moment de l'appel et celui du départ

Action Missionnaire

Témoignage d'un appel missionnaire pour partir au Sénégal

En savoir plus
Une motivation encore plus accrue pour partager l'Evangile

Une motivation encore plus accrue pour partager l'Evangile

SMG

Un vieux rêve devenu réalité au Brésil

En savoir plus