Le repas des nations

  • Dans une église, invitons à un repas international. Il suffit de repérer les personnes de cultures différentes et de leur demander de préparer deux spécialités à déguster: une sucrée et une salée.
  • Chaque groupe propose ses spécialités sur des stands (des tables réparties dans la salle - ou à l'extérieur).
  • Vous avez déjà fixé le jour du grand festin (dans trois mois, un samedi; ou, si le nombre de personne n'est pas trop grand, on peut se voir après le culte), et vous avez averti les rédacteurs du bulletin de nouvelles pour qu'ils invitent toute l'église.
  • Demandez à chaque groupe de préparer une présentation orale (et illustrée) de leur région ou pays.
  • Un regard vers l'histoire de l'église de ce pays est toujours apprécié.
  • Un moment de prière peut être consacré à des questions d'actualités.

Ce qui se passera

  • Vous ferez meilleure connaissance de personnes qui viennent à votre église.
  • Vous rencontrerez des personnes qui vous n'avez jamais encore vu; car elles ont été invitées par des membres de votre église à participer à ce projet.
  • Il y aura trop de choses à manger; et puisqu'il y aura aussi trop de nouvelles intéressantes à partager, prévoyez déjà une date pour une deuxième journée des nations.
  • Probablement que toutes les églises de votre ville voudront participer à la deuxième édition. Donc, prévoyez un grand succès!!!

Variantes pour les animations

  • Chaque pays présente un vêtement typique, une mélodie, un chant, un cantique (seuls les anglophones ont le droit à l'anglais).
  • Présentez les coutumes du mariage, ou comment se vit l'hospitalité.
  • Que doivent manger les enfants pour "devenir grand" (il n'y a pas que la soupe des français).
  • Expliquez l'histoire, le dessein et les couleurs de son drapeau régional ou national, faire un cours de langue, initier à l'écriture...
  • Pourquoi ne pas faire une conférence Skype avec un envoyé (missionnaire) dans un des pays mis à l'honneur (Par exemple, on peut, à chaque fête des nations, avoir un pays d'honneur. Cela permettra d'inviter des ressortissants de ce pays, des officiels de l'ambassade, des enseignants de cette langue).
  • Une collecte sera faite en faveur de projets annoncés (soit seulement pour le pays mis à l'honneur, soit la collecte sera répartie sur tous les projets présentés).

Variantes pour le repas

  • Ne faire qu'un seul repas national pour tous (il sera probablement sage d'offrir une deuxième variante)

 Matthias Radloff (janvier 2014, publié sur son blog)